You are here : accueil > Plus d'informations > Artiste associé
­ ­ ­ ­ ­ ­ ­ ­ ­ ­ ­ ­ ­­ ­ ­ ­ ­ ­ ­ ­ ­ ­
­

Les arti­stes associés

­ ­ ­

Après Aïda Asgharzadeh en 2016-2017, Yannick Jaulin et Grégori Baquet en 2017-2018, Pascale Daniel-Lacombe et Thomas Visonneau en 2018-2019, le Théâtre de Gascogne a souhaité, pour cette saison, s’associer à deux couples d’artistes hors du commun : Simon et Catherine Schaub-Abkarian ainsi que Fafiole Palassio et Guillaume Méziat du Petit Théâtre de Pain.

Le Théâtre de Gascogne, lieu d’accompagnement des artistes et des publics souhaite établir une fidélité entre les artistes et notre territoire en multipliant les occasions de rencontres et d’échanges. Au-delà de leur présence dans la programmation, ces artistes construisent avec nous de nombreux endroits de médiation et de sensibilisation : répétitions ouvertes, formes hors les murs et en itinérance, sorties de résidences, bords de plateaux… Autant de rendez-vous qui permettent d’aller plus encore à la rencontre des habitants de notre territoire.­ ­ ­ ­ ­ ­



image : Simon Abkarian Catherine Schub Abkarian - saison culturelle 2019-2020 - Théâtre de Gascogne

Simon Abkarian

Catherine Schaub Abkarian

Simon Abkarian est un acteur français d’origine arménienne né en région parisienne.

Il grandit au Liban puis, lorsque la guerre éclate, part en exil aux États-Unis, comme tant d’Arméniens éparpillés autour de la planète de par les aléas d’une Histoire qui les a souvent durement traités. C’est à Los Angeles, lors d’une représentation de Richard III de William Shakespeare, qu’il est ébloui par la scène et les émotions qui s’y créent : "­Le théâtre, c’est de là que je viens, c’est là que j’ai appris à parler et à marcher, c’est là que je retourne faire mes gammes."

Simon Abkarian s’impose au sein de la troupe du Théâtre du Soleil, s’exprimant tout particulièrement dans un répertoire classique : à la fin des années 80, puis dans les années 90, il jouera dans des mises en scène de pièces d’Euripide, Eschyle, Shakespeare. Il est dirigé par Ariane Mnouchkine ou encore Irina Brook, grâce à qui il obtient le Molière du meilleur comédien en 2001 pour Une bête sur la lune.

Physique imposant, style impeccable, ce comédien charismatique venu du théâtre s’est également imposé au cinéma en multipliant les performances de choix et de prestige.

En 2013, il écrit et met en scène Le Dernier Jour du jeûne puis en 2017 il crée L’Envol des cigognes. Invité par Ariane Mnouchkine, il reprend ces deux pièces au Théâtre du Soleil, de septembre à fin octobre 2018. Simon Abkarian tisse sous forme de diptyque, le fil d’une fabrique des mythes pour raconter l’histoire méditerranéenne d’une même famille ballottée entre guerre et exil sur une période de dix ans. Simon Abkarian est un homme de théâtre qui aime la tragédie et le lyrisme, les femmes et le soleil, l’Orient et l’Occident.

Aussi élégant et noble sur scène que dans la vie, sur les planches quand il joue que derrière quand il écrit et met en scène, il nous propose un diptyque théâtral qui a la force et la vertu de nous redonner du baume au cœur. Dans son langage, cela s’appelle un théâtre du Soleil.
La danse classique, c’est son enfance et son adolescence à Sarreguemines. Puis des études d’arts plastiques au cours desquelles Catherine Schaub rencontre Peter Schumann et le Bread and Puppet Theater. S’ouvre ainsi la voie d’un théâtre total où se mêlent le jeu, la musique et la danse.

Elle étudie le théâtre dansé Kathakali pendant cinq ans en France et en Inde. En 1985, elle rejoint la troupe du Théâtre du Soleil et y travaille pendant sept ans. Comédienne et danseuse, elle travaille sous la direction d’Ariane Mnouchkine, Paul Golub, Silviu Purcarete, Simon Mc Burney – Théâtre Complicité.

Elle collabore régulièrement avec Simon Abkarian. Avec ce dernier elle joue dans Peines d’amour perdues de Shakespeare, L’Ultime Chant de Troie d’après Euripide, Eschyle, Sénèque, Parouir Sevac, Titus Andronicus de Shakespeare, Pénélope O Pénélope de Simon Abkarian, Projet Mata Hari exécution de Jean Bescos... En danse contemporaine elle travaille avec le chorégraphe Akram Khan dans le spectacle iTMOi, d’après Le Sacre du Printemps de Stravinsky, en tournée internationale de 2013 à 2016. Elle collabore régulièrement avec la chorégraphe québécoise Marie Chouinard.

Elle dirige plusieurs stages, notamment au CNSAD (Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique) de Paris, à l’école de danse de Genève, au Ballet National de Lorraine, à Londres, Athènes, Montréal, Naples.

­ Elle met en scène l’épopée de Gilgamesh en Syrie avec acteurs et chanteurs à l’opéra de Damas puis en tournée en Syrie, Tunisie, France, Yémen et viendra présenter fin novembre, le spectacle Le Chant du pied créé au Théâtre du Soleil en avril 2018 et reviendra en 2020 dans le diptyque (Le Dernier Jour du jeûne et L’Envol des cigognes) mis en scène par Simon Abkarian.


­­­­­ ­
image : Guillaume Meziat - FafiolePalassio - saison culturelle 2019-2020 - Théâtre de Gascogne

Guillaume Méziat

Fafiole Palassio

Bordelais de naissance, comédien, danseur et percussionniste, Guillaume Méziat participe aux débuts de la troupe du Petit Théâtre de Pain en 1994 avec ses partenaires rencontrés sur les bancs de la fac de Bordeaux. D’abord inscrit en cinéma, il rejoint très vite la section théâtre, participe à l’illustration musicale du premier spectacle de la troupe 1,2,3 Soleil ou l’éclipse et assiste Fafiole Palassio à la mise en scène. Formé aux arts plastiques et aux arts visuels, il prend en charge tout ce qui concerne les supports de communication de la troupe naissante. Puis il devient comédien dans Tranchées de vies en 1996, la deuxième création du Petit Théâtre de Pain.

Au sein de la troupe, Guillaume Méziat est en lien étroit avec l’administratif, assure la mise en forme des dossiers de présentation, des supports de communication et entretient le lien avec les journalistes. En 2000, il part vivre en troupe mais cette fois avec le Footsbarn Travelling Theatre où il jouera pendant 6 années, essentiellement du Shakespeare en français et en anglais un peu partout dans le monde. À leur contact, il y perfectionne son anglais, la conduite en poids lourd, le montage de chapiteaux, la pratique des parades et découvre la pédagogie et le travail du corps selon l’école internationale Jacques Lecoq. En 2005, il est de retour au Petit Théâtre de Pain pour la création d’Embedded, une pièce de Tim Robbins mise en scène par Georges Bigot. Comédien polyvalent, au théâtre, à l’écran, dans l’espace public, dans l’événementiel (animations, flash-mob, advertainment, etc), Guillaume Méziat cultive le goût de la performance sous toutes ses formes et assure des ateliers auprès de divers publics (patients d’hôpital de jour, comédiens amateurs, enfants, adolescents et adultes, lycéens).
Théâtre de Pain qu’elle co-fonde avec ses partenaires en 1994 sur les bancs de la fac de Bordeaux, en Arts du spectacle. Marquée à cette époque par une rencontre déterminante avec Georges Bigot, acteur emblématique du Théâtre du Soleil, s’affirment en elle comme en eux tous, le désir et le besoin de se constituer en troupe. De faire oeuvre commune non seulement du contenu artistique, mais aussi de l’architecture même de l’équipe et de son fonctionnement. C’est au fil de 24 années de travail, par la rencontre d’autres artistes à travers leurs différentes créations, que les découvertes s’expérimentent, les apprentissages se transmettent, la marque de fabrique se façonne : sur le tas.

Fafiole Palassio prend part à d’autres aventures parentes de cette philosophie de faire théâtre, signe des mises en scènes ailleurs mais voue une fidélité sans faille au Petit Théâtre de Pain dont elle se plaît à dire que chaque membre est devenu "le dépositaire du savoir et de l’histoire inventés ensemble".

Avec une visée commune : défendre le théâtre en salle et dans l’espace public, comme un acte interrogateur, socialisant, poétique, politique - au sens étymologique du terme – dans lequel "l’humanité transpire à grosses gouttes".

­

­
­