You are here : accueil > Plus d'informations > Artiste associé
­ ­ ­ ­ ­ ­ ­ ­ ­ ­ ­ ­ ­­ ­ ­ ­ ­ ­ ­ ­ ­ ­
­ ­

Les arti­stes associés

­ ­ ­

Après Roxane Brumachon et Odile Grosset-Grange en 2020-2021, Simon et Catherine Schaub-Abkarian, Fafiole Palassio et Guillaume Méziat en 2019-2020, le Théâtre de Gascogne s’associe, pour cette saison, à Marie-Magdeleine Sommier, Julien Lestel, Fanny Bérard et Jérôme Rouger.

Le Théâtre de Gascogne, lieu d’accompagnement des artistes et des publics souhaite établir une fidélité entre les artistes et notre territoire en multipliant les occasions de rencontres et d’échanges.

­ Au-delà de leur présence dans la programmation, ces artistes construisent avec nous de nombreux endroits de médiation et de sensibilisation : répétitions ouvertes, formes hors les murs et en itinérance, sortie de résidences, bord de plateaux. Autant de rendez-vous qui permettent d’aller plus encore à la rencontre des habitants de notre territoire.


­­ ­ ­

Marie - Magdeleine Sommier

­ ­ ­
Compagnie Mmm

­image : Marie - Magdeleine Sommier - Artiste associées - Théâtre de Gascogne 2020-2021
­
Fille du sud et d’ouvriers, après avoir fait les marchés, les librairies et des études d’histoire de l’art, elle est arrivée au théâtre par hasard et par goût de l’écriture. Taillée dans le brut, observatrice depuis l’enfance, elle s’est formée à l’école de la vie au gré des rencontres et des expériences... Le corps comme instrument, l’âme à son service; le théâtre comme terrain de jeu et comme artisanat du vrai, elle pioche ses sujets au plus près de l’époque.

La Compagnie Mmm, fondée en 2010 près de Bordeaux, est issue de la rencontre entre Marie-Magdeleine, qui écrit et joue, et Julien Marot qui co-écrit et met-en-scène.

En 2012, ils créent leur premier spectacle La Famille vient en mangeant, suivant le proverbe maison : « On ne choisit pas sa famille, on la joue ! », seule-en-scène épique et collégial qui, au gré de premières représentations en appartements et jardins privés aux plateaux des scènes nationales et au bitume des plus grands festivals de rue, en arrive aujourd’hui à sa 400ème représentation.

G.R.A. I. N. Histoire de fous, second opus créé en 2015, prend très vite la roue du premier sur les routes de France et de Navarre.

Ne cessant jamais d’écrire, monter et tourner des spectacles ici ou là en tirant leur sujet de la vie elle-même, Marie-Magdeleine comme Julien collaborent avec d’autres compagnies pour nourrir leur propre travail et élargir leur souffle. L’expérience formant la maturité et perpétuant le vif, au fil des rencontres, chacun de leur côté a ainsi donné vie à un trio féminin : Crises en 2017 et à une création collective: Skri Lanka en 2018. Avec Tant bien que mal, la Compagnie, aujourd’hui rapatriée dans les Landes familiales, retrouve la formule épurée de ses débuts.


­

­Fanny Bérard

­
­Cie Nanoua
­
­ image : Fanny Bérard - Artiste associées - Théâtre de Gascogne 2020-2021 ­
­
Depuis tout petite, Fanny Bérard tricote le rire et la gravité… Depuis toute grande, elle continue cette quête vertigineuse d’être au plus près du présent… Elle côtoie le mouvement, le son et l’objet, dans un univers organique nourri du clown.

En quête d’un théâtre brut qui voyage dans les profondeurs de l’être et la poésie du rire, elle prend la route en 1999 vers l’Afrique de l’Ouest. À la rencontre d’autres univers artistiques et réalités culturelles, elle explore un dialogue entre le théâtre, la danse et l’objet, dans un rapport proche et sensible avec le public. En 2002, elle revient en France, énarque (1er prix en art dramatique de l’E.N.A, Ecole Nationale des Arts de Dakar qu’elle a suivi durant 3 ans).

Des rencontres fortes nourrissent son chemin artistique : Christian Carignon, Kathy Deville, Agnes Limbos, Cédric Hingouet, Charlot Lemoine pour le théâtre d’objet ; Eric Blouet,, Maelle Perotto, Joel Colas pour le clown ; Patrick Conan, Claire Dancoisne, Emilie Valentin pour la marionnette ; Andreya Ouamba, Cyril Vialon, Patricia Kuypers, Jorg Hansmann pour la recherche autour du mouvement…

Depuis 2004, elle est à l’origine de 10 créations dont ses trois dernières sont :
Confession d’une femme hachée, Promenons nous dans les boîtes, Un jour sans pain.

Fanny impulse la création de la compagnie N.A.N.O.U.A en 2013; en 2014 elle tombe en amour pour le théâtre d’objets et dans ce Navire Artistique Nourri d’Ordinaire d’Utopies et d’Audace, elle écrit les spectacles et y joue !

­ À travers la cie Nanoua, Fanny défend un spectacle vivant de proximité qui marie l’intime à l’universel et l’exigence artistique à un art vivant accessible à tous. Plongeant dans les profondeurs de l’humain pour un envol vers la poésie du rire, la compagnie Nanoua crée des spectacles à la frontière du tangible et de la fiction, pour réinterroger le réel et tenter, avec une sérieuse espièglerie, de bousculer nos certitudes et nourrir notre appétit de vie! Les créations de la compagnie se déclinent à la fois pour l’Espace public, les salles de spectacle et tout lieu propice à la rencontre. Fanny attache une importance toute particulière à rencontrer, à travers le théâtre d’objets, des êtres d’horizons singuliers, des gens différents. Elle aime partager avec eux, un voyage entre profondeur et légèreté, entre humour et amour, sur des chemins de recherches artistiques et humanistes pour inviter chacun.e à laisser jaillir sa nature poétique et son regard sur le monde.

­


­Jérôme Rouger

­
Cie La Martingale
­
­ image : Jérôme Rouger - Artiste associées - Théâtre de Gascogne 2020-2021 ­
­
Au travers des spectacles qu’il écrit et crée avec sa Cie La Martingale, Jérôme Rouger interroge les processus de manipulation, de domination, de reproduction. L’humour y tient une place importante.

Son 1er spectacle est Police Culturelle (spectacle de rue), dans lequel il interprète Bruno Delaroche conseiller en charge des expérimentations au Ministère de la Culture. Trapèze est son 1er spectacle en salle en 2003, flânerie verbale humoristique, Furie en 2005, Je me souviens en 2008 qui est joué près de 400 fois. Inoffensif [titre provisoire] accompagné par Patrick Ingueneau, remporte un franc succès (pro, presse, public…). Pourquoi les poules préfèrent être élevées en batterie est une conférence-spectacle (2014) jouée plus de 200 fois dont au Théâtre du Rond-Point. [Plaire] abécédaire de la séduction, en 2017. Enfin, petite fantaisie, en 2019, est créée la Symphonie pour klaxons et essuie-glaces, projet participatif, associé à Patrick Ingueneau et Armelle Dousset.

Jérôme Rouger est également l’auteur de différentes performances : Conseils aux spectateurs… Il est régulièrement maître de cérémonie : Goguette d’Enfer, festival de cinéma Takavoir...

­ En 2010, il crée le Dis Donc, un rallye de lecture théâtrale dont le principe est de lire des pièces en compagnie de leur auteur et sans spectateur. Il a codirigé Ah ? festival de théâtre de Parthenay de 2003 à 2009 et le Printemps de la Martingale à partir de 2010. Il fut chargé d’enseignement en master 2 mise en scène et scénographie à Bordeaux III. En 2013, il a reçu à la SACD le Prix Philippe Avron qui récompense un auteur-interprète selon 5 critères : intelligence - générosité - finesse d’esprit - démarche humaniste - écriture comme outil essentiel de la compréhension du monde.

­


­Julien Lestel

­
Ballet Julien Lestel
­
­ image : Jérôme Rouger - Artiste associées - Théâtre de Gascogne 2020-2021 ­ ­
­
Formé à l’École de Danse du Ballet de l’Opéra National de Paris et au Conservatoire National Supérieur de Paris où il obtient un premier prix, Julien Lestel a travaillé avec les plus grands chorégraphes : Noureev, Petit, Robbins, Kylian, Forsythe, Bausch, Preljocaj, Malandain, etc.

Après avoir dansé aux Ballets de Monte-Carlo, de l’Opéra National de Paris et celui de Zürich où il est engagé comme danseur principal, il intègre le Ballet National de Marseille en tant que partenaire de Marie-Claude Pietragalla.

Passionné par son art et désireux de s’investir dans un travail de recherche chorégraphique, il décide de créer sa propre compagnie en janvier 2007. Le Ballet Julien Lestel regroupe aujourd’hui onze danseurs issus d’horizons différents, qui révèlent au fil des créations leur singularité tout en restant fidèle au style néoclassique-moderne qui la caractérise. Il compte vingt et une chorégraphies à son répertoire, diffusées sur le territoire national et à l’étranger.

En dehors des spectacles, des répétitions publiques et des échanges avec les spectateurs lors de bords de scènes à l’issue des représentations, le Ballet s’est engagé dans une politique d’actions de sensibilisation. Il va à la rencontre de tous les publics lors de projets pédagogiques et d’ateliers chorégraphiques : en milieu scolaire de la maternelle au lycée, auprès d’adolescents atteints de troubles autistiques ou de handicap mental ainsi que dans des résidences pour personnes âgées et des hôpitaux.

« Dans ce cadre, ma visée est de mettre la danse à la portée de tous afin qu’elle devienne un moyen d’expression et d’épanouissement pour chacun. » Julien Lestel
­ Julien Lestel est actuellement professeur à l’École Nationale de Danse de Marseille.

­

­ ­ ­
­