Rouge­

­­­­­­­­

Lundi 14 mai - 18h30 - Le Pôle - Tarif C ­

­­­­­
Danse - 1h15 - Tout public
­
­image : saison culturelle - Mont de Marsan Agglo - Rouge À mille lieues des stéréotypes du hip hop, Mickaël Le Mer entraîne sept danseurs masculins, tous virtuoses de breakdance, à livrer les émotions que le rouge leur inspire dans une danse puissante et ciselée. "Si la danse hip-hop était une couleur, elle serait rouge"...
Plus d'infos ­le r­ésumé,­ les images...­

Le résumé


­
Il étai­t une fois, aujourd’hui, dans une grande ville, trois petites chambres de bonnes habitées par trois personnes dont le destin serait de tout rater. Mais de tout rater merveilleusement.

À mille lieues des stéréotypes du hip hop, Mickaël Le Mer entraîne sept danseurs masculins, tous virtuoses de breakdance, à livrer les émotions que le rouge leur inspire dans une danse puissante et ciselée.

"Si la danse hip-hop était une couleur, elle serait rouge"­, affirme le chorégraphe Mickaël Le Mer. Rouge comme la passion qui traverse la représentation, rouge comme l’émotion qu’elle suscite, rouge comme la nécessité qui l’anime. L’intensité est le droit chemin qu’empruntent les interprètes dont les virevoltes en scène tracent des lignes courbes et démultipliées. La danse est vive, rythmée, puissante. Elle met les corps en évidence, souligne la beauté de leurs gestes, la force de leurs envols et la virtuosité précise de leurs élans. Enveloppé par une musique diffusée en tous points de la salle, le public perd peu à peu la notion du temps et de l’espace, s’immerge dans l’aventure sans réserve et accède à une perception où réalité et illusion ne font plus qu’une.

Avec : Thomas Badreau, Aurélien Desobry, Dylan Gangnant, Giovanni Leocadie, Nicolas Sannier, Teddy Verardo et Dara You
Direction artistique : Mickaël Le Mer


­ ­ ­

Les photos­

­


  • Rouge1.jpg
  • Rouge2.jpg
  • Rouge3.jpg
  • Rouge4.jpg
 


­

La presse en parle

­ ­

­“Véritable architecte de la danse, Mickaël Le Mer n’a pas son pareil pour mêler les styles (danse contemporaine, breakdance, capoeira, arts visuels…). Ses pièces, à l’impeccable précision chorégraphique, sont très graphiques. Physiques aussi." Le 491


­
­ ­ ­ ­ ­ ­ ­­­­ ­­ ­ ­ ­ ­ ­­ ­ ­ ­ ­ ­