Vous êtes ici : accueil > Saison en un coup d'œil > Au Molière > Bled Runner

­ ­ ­

Bled R­unner

­
­ ­ ­ ­

­­Vendredi 5 octobre - 20h30 - Le Molière - Tarif C ­

­­­
Théâtre­ - 1h30­ - Tout public
De et avec Fellag­
­­­image : saison culturelle - Mont de Marsan Agglo - Bled Runner ­ ­ Ce nouveau spectacle est une invitation au voyage entre la France et l’Algérie tout d’abord, mais aussi dans la vie et la carrière de l’humoriste. Embarquement immédiat pour une virée sur les rives de la Méditerranée pleine d’humour et de rires.­...
Plus 'infos ­­le r­ésumé,­ les images...­
­
­

L­e résumé

­ ­ ­

­ Ce nouveau spectacle est une invitation au voyage entre la France et l’Algérie tout d’abord, mais aussi dans la vie et la carrière de l’humoriste. Embarquement immédiat pour une virée sur les rives de la Méditerranée pleine d’humour et de rires. Si Fellag sillonne la France depuis plus de 20 ans, l’Algérie est toujours dans son coeur. Imprégné de différentes cultures, Fellag est très attaché à ses deux pays. « Sur le plan spirituel, il y a l’arabe, sur le plan ancestral, et le français me permet d’être dans le monde », confie-t-il.

Plus qu’à un best-of, il nous convie à un voyage à travers toutes ses oeuvres pour en cueillir les sujets les plus marquants et les réinventer avec son regard d’aujourd’hui. Dans Bled Runner, Fellag aborde les thèmes qui lui sont chers. De façon décomplexée, avec beaucoup d’humour et de tendresse, il parle des sujets sensibles qui nourrissent les relations entre les sociétés française et algérienne.

Mise en scène : Marianne Epin



­
­ ­

­­La photo­

­  ­

­image : saison culturelle - Mont de Marsan Agglo - Bled Runner ­

­
­

­La presse en parle

­
­
"On rit sans cesse et l’on réfléchit pourtant. Un très grand clown ce Fellag" Le Monde
­
­ "Fellag – à se taper les fez par terre – des souvenirs riches d’atmosphères, d’émotions intenses et de personnages pittoresques qui s’inscrivent dans l’histoire de tant d’espoirs déçus. Fellag, lui ne déçoit pas !"­ Le Canard Enchaîné
­

­ ­ ­ ­ ­ ­ ­ ­­­­ ­­ ­ ­ ­ ­ ­­ ­ ­ ­ ­ ­
­