Vous êtes ici : accueil > Saison en un coup d'œil > Au Molière > Pomme

Pomme

­

Vendredi 8 février - 20h30 - Le Molière - Tarif unique : 16€


­­­Chanson - 1h30 - Tout public
Proposée et en partenariat avec le caféMusic’
image : saison culturelle - Mont de Marsan Agglo - Pomme Comme une Karen Dalton qui aurait troqué la douleur pour la légèreté, mais sans perdre une once de gravité, Pomme chante l’amour, parce que les chansons sont faites avant tout pour cela. Le temps de se construire un répertoire, entre ses propres chansons...
Plus 'infos ­­le r­ésumé,­ les images...­
­

­L­e résumé­

­ ­
­ ­
Comme une Karen Dalton qui aurait troqué la douleur pour la légèreté, mais sans perdre une once de gravité, Pomme chante l’amour, parce que les chansons sont faites avant tout pour cela. Le temps de se construire un répertoire, entre ses propres chansons et celles que des âmes éclairées lui tricotent sur mesure (Vianney, Siméo, Louis Aguilar, Victor Roux), elle glisse un pied dans ce métier qui n’attendait plus qu’elle en livrant son premier EP en janvier 2016.

Des mélodies infectieuses, une grâce évidente, des sonorités organiques qui ne s’interdisent pas quelques errances électroniques, Pomme s’apprête à affirmer aujourd’hui sa personnalité de chanteuse versatile et attachante avec son premier album À Peu Près, sorti à l’automne 2017.

À Peu Près est une litote : Pomme est parfaitement là, exactement prête, idéalement inspirée et maîtresse de son art. Ses chansons fragiles en robes à fleurs sont en réalité des points d’eau où chacun trouvera la fraîcheur nécessaire à la perpétuation de l’espèce des gens de goût.

­ Fiona Apple sans les névroses, Pomme est l’atout charme de la nouvelle folk française.
­


­
­

L­a photo

­ ­
image : saison culturelle - Mont de Marsan Agglo - Pomme




La presse en parle

­
­ ­ ­
"En plus de jouer de sa plume élégante et sensuelle, Pomme s’amuse aussi avec ses intonations, parfois écorchées et pleines, mais souvent en voix de tête, à la recherche d’un son originel. Hermétique d’apparence, le rossignol nous surprend plus d’une fois par une maturité bouleversante bien loin de son allure ingénue"­. ­Le Figaro


­ ­ ­ ­ ­ ­ ­ ­­­­ ­­ ­ ­ ­ ­ ­­ ­ ­ ­ ­ ­
­